Il est né le robot qui interagit avec les humains!


La société Robotique Hanson a réussi à créer un prototype de robot qui interagit avec l’homme. Le projet à été présenté à Hong Kong, lors d’une exposition dédiée aux nouvelles technologies, où “Einstein”, le robot, une proposition d’une gamme d’expressions faciales reflétant “les émotions” humaines. Un aperçu du futur dans les machines prennent place, au grand dam de nous autres, les humains.

“Je suis David Hanson et je construis des robots qui ont du caractère. Je veux dire par là que je développe des robots qui sont des personnages, mais aussi des robots qui en viendront à sympathizer avec vous. (…) produire des robots qui aient réellement de l’empathie et si ses finissent par une intelligence de niveau humain, ou très certain supérieur aux niveaux d’intelligence des humains , cela pourrait être les germes d’espoir pour notre avenir … ” .
David Hanson, créateur de nouveaux robots au visage d’apparence humaine, lors de la réunion des nouvelles technologies du Global Sources Electronics Fair .
La substance appelée “Frubber”, un composé de caotchouc semblable à la chaise, permet de donner aux robots leurs expressions réalistes. “Le Frubber est un matériau qui permet la contraction du” visage “, explique Hanson. Il est développé spécifiquement pour émuler la chaise humaine et les tissus mous biologiques. A l’instar des cellules humaines, le Frubber est inspiré par la structure cellulaire naturelle, spécifiquement en utilisant les techniques de bi-couche lipidique. Ces créatures sont remplies de liquide. Nous sommes essentiellement liquide, ce qui permet à nos visages se déplacer très facilement “.
“Avec le Frubber, nous sommes en mesure de reproduire cette structure cellulaire jusqu’à l’échelle macromoléculaire, l’échelle du nanomètre avec une structure de pore hiérarchique. C’est un matériau de très, très faible densité, et il prend très peu d’énergie pour reproduire les expressions faciales “, ajoute-t-il.
Le robot, grâce à un équipage équipé de caméras, détecte et communique avec les gens qui sont à proximité. “Einstein” peut maintenir un contact visuel avec les personnes, et être capable de distinguer les expressions faciales.

Selon David Hanson, la prochaine étape de la production des robots au visage humain sont les applications quotidiennes en matière de divertissement, de santé et d’éducation!

Han dispose de plus de 40 moteurs sous fils “visage” afin de faire plier sa peau de synthèse.

Des robots pour remplacer les humains

Les chercheurs de chez Hanson Robotics croient que l’avenir immédiat des robots à visage humain réside dans la création de robots animatroniques pour les parcs à thème, alors qu’ils développent déjà des androïdes réalistes pour travailler dans les hôpitaux et s’occuper et s’occuper besoins Spécifiques des malades, notamment des enfants …

“Et parce que les robots peuvent fonctionner indéfiniment , ils peuvent faire des infirmièr (e) s auxiliaires inlassables”, dit l’entrepreneur américain d’origine coréenne Jong Lee. Dotés d’un logiciel de reconnaissance faciale, qui sont mis en mesure d’accueillir les patients par leur nom et leur poser des questions sur la fréquence cardiaque et d’autres signes vitaux. “Qui plus est, ne se passe-t-il pas de médicament “!

“Avec les robots pour les aider, les infirmièr (e) s sont 30 pour cent plus productifs”, dit-il, notant il y a une grande nécessité d’aide avec une population qui vieillit …

Productivité, constance, fiabilité, “intelligence supérieure”, voilà donc les arguments qui expliqueraient la présence de robots à visage humain dans nos vies. Car l’être humain est faible voyez-vous, il se fatigue, peut tomber malade, faire des erreurs, il peut défaillir. Et c’est ce à quoi ces machines qu’on nous vante si “parfaites” sont censées palier? Ainsi, il y a l’aura des machines à l’hôpital, à l’école ou au bureau, dans les magasins ou encore à la maison. Des robots d’accueil, des robots d’entretien ou des robots de surveillance, et pourquoi pas des agents de police robotisés ou encore des robots militaires …

Une Technologie déjà répandue

Dans une interview accordée à Earthsky , David Hanson explique que les robots au visage humain sont déjà utilisés dans les laboratoires scientifiques du monde entier, l’Université de Cambridge, l’Université de Genève, l’Université de Pise. Ils sont utilisés en Asie et des dizaines de laboratoires à travers le monde pour la recherche cognitive de la science et la recherche de l’intelligence artificielle.

“En fait, nous essayons de comprendre l’être humain et d’utiliser cette compréhension dans nos machines, pour faciliter de meilleures relations homme-machine. A l’avenir nos machines vont être humanisées . Nous allons essayer de les rendre plus fondamentalement humaines dans leur coeur , leur donner la capacité de comprendre la compassion, les interrelations avec les personnes recherchées d’étonnantes nouvelles découvertes et technologies qui affecteront nos vies quotidiennes “.

Le robot à visage humain attire les personnes éblouies par l’image d’un monde moderne et futuriste.

Des robots grand public

Hanson explique que les robots ressemblent aux humains qui sont en équipe et ont été développés pour les laboratoires de recherche de haut de gamme. “Mais nous produisons en ce moment des robots qui sont à la vente au public. La première ligne de production est ce que nous appelons les “Robokind”, des petits androïdes parfaitement expressifs, contrôlés par notre logiciel cognitif, afin de votre puissé interagir avec vous. Ces petits androïdes sont à vendre pour les applications éducatives et des applications de recherche “.

“Je vois un avenir étonnant pour la relation entre les humains et les robots. Nous allons faire de nos robots comme une relation entre des animaux et des personnes. Nous allons leur donner des capacités cognitives développées. Nous voyons tant de tendances technologiques qui prennent cette direction – de la perception de la machine. Nous sommes vraiment dans l’enfance de ces technologies “.

“Nous voyons aussi d’énormes progrès dans les systèmes cognitifs, la possibilité pour les machines de penser comme les gens . Nous comptons sur les grands progrès dans les capacités des machines d’avoir des objectifs et des motivations, qui permettent aux robots de réinterpréter nos émotions, à travers ce que nous appelons la théorie des technologies de l’esprit .
“Nous devons également être très prudent, parce que la loi des conséquences imprévues dit que nous ne savons pas quels effets ces nouvelles technologies auront sur la civilisation humaine et sur l’écosystème . Nous voulons nous assurer que nous ne nous contentons pas de développer les capacités de penser comme un humain, plus de capacités éthiques, la machine de la sagesse, la sagesse de type humain … “

En conclusion

On peut penser ce qu’on veut, ces nouvelles technologies sont loin de laisser l’indifférent et ne se dissipe pas entrevoir un avenir radieux pour l’humanité. L’impact sur notre société est colossal, remettant en cause toutes nos valeurs et nos modes de fonctionnement, ce qui implique des conséquences éthiques et morales sur nous nous devrions raisonner.
Dans un monde en crise où vous trouverez une solution pour trouver un travail, sur va néanmoins “trouver” une place pour les robots corvéables et infatigables, travaillant jour et nuit. Et puis il y aura des robots de compagnie qui feront bureau d’ami humain, et voire même des robots “objets sexuels” qui permettront de trouver un partenaire à la demande, la “femme” robot est pour beaucoup le fantasme idéal, soumise par voiture .
Et en est-il des risques que les robots ne finissent par s’en prendre à l’humanité? Après toutes les machines, n’hésitez pas à recevoir les restes de la pensée de ceux qui ont été créés. Dans notre monde actuel avec l’esprit de notre époque, nul doute que des robots intelligents, dotés d’une conscience, se défendent contre leur concepteur.
On peut croire que tout ceci est un progrès technologique incroyable, une opportunité qui offre des nouvelles perspectives, une avancée scientifique qui permetit de faciliter la vie des humains. Mais en sommes nous sûr? Sommes-nous sûr que l’être humain à besoin de robots pour l’aide, l’accompagnement et le chaperonner? Dans un monde aussi individuel que le nôtre, de plus en plus accroché aux nouvelles technologies, c’est certain que cette idée fera sa place.
Nous savons tous dans quelle voie l’humanité s’engage si elle persévère à ne pas vouloir retrouver les vraies valeurs humaines qui sont les siennes. Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Le transhumanisme est bel et bien en marche et en fait ne soit pas sans conséquences, sauf si les esprits scientifiques changent, mais ça j’en doute.

Start a Conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *