L’ASPARTAME, le tueur silencieux


Depuis son apparition, voilà plus de quarante ans, sur le sujet, l’aspartame est un poison et une drogue dure.

Tumeurs du cerveau, crises d’épilepsie, scléroses en plaques … pas moins de 2 621 effets secondaires en tout.

Chronique d’un crime contre l’humanité.

Les premières études sur les singes, effectifs en 1969 par le Dr Harry Waisman, ont révélé sans controverse sa nocivité. D’autres études ont depuis confirmé ce fait. Dans un expérience faite en 1980, 196 animaux sur été soumis à l’aspartame et 96 d’entre-eux sont morts de tumeur cérébrale.

En 1996, le psychiatre américain Ralph Walton, se lance dans l’analyse des études produites sur l’aspartame. Il met en évidence que, sur 166 études, 100% de financements par fonds privés (industries agro alimentaires) attestent l’innocuité de l’aspartame, alors que 92% des financements par des fonds publics identifient unimmer avec le produit .

Malgré cela, et sous la pression des lobbies, l’aspartame et tout de même été approuvé par la FDA et par les autorités de contrôle sanitaire des 90 pays dans tous les domaines sévit aujourd’hui. Autorisé en 1988 en France, il est codé E 951 dans la classification européenne des additifs alimentaires.

Comment y-a-t-il une fille?

Durant seize ans, le comité de la FDA (administration des aliments et drogues) s’est assoupli à l’autorisation de l’utilisation du produit dans l’alimentation humaine en raison des études démontrant sa nocivité.

Le 8 mars 1977, la compagnie Searle qui a inventé l’aspartame (Searle a depuis été rachetée par Monsanto, la tristement célèbre multinationale qui a mis au point de nombreuses plantes transgéniques) embauche Donald Rumsfeld comme président.

La communauté scientifique continue de refuser d’accepter l’additif comme propre à la consommation. Le 21 janvier 1981, Ronald Reagan devient président des États-Unis et fait entrer son ami Donald Rumsfeld dans le gouvernement.

Rumsfeld fait limoger les gêneurs de la FDA qui s’opposent encore à l’emploi public de l’aspartame. Searle présente à nouveau son dossier à la FDA qui l’examen d’un oeil très favorable en dépit d’un dossier accablant. A l’automne 1983, les premières canettes d’hébergement contenant de l’aspartame sont en vente.

(Note: Les experts de la FAO sont faits Soit nuls, soit Corrompus, puisqu’iles l’étude qui l’aspartame n’a pas d’effet sur la santé, y compris quand on inéré un pendentif une vie entière … Voici donc le meurtrier en série dont nous sommes les victimes en Europe depuis 30 ans, sans qu ‘Aucune instance de la santé publique ne réagisse!

Selon un article de la FRC datant de 2013, il paraîtrait que les recherches scientifiques concernant l’aspartame s’activent, avec des contradictoires de résultats. Mais pour l’heure, l’Office fédéral de la santé publique , qui autorise l’aspartame selon les doses journalières définies par l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA), n’y voit aucun danger!)

Une drogue dure 100% chimique.

L’aspartame est composé de phénylalanine (50%), d’acide aspartique (40%) et d’ester de méthyle (10%) qui se transforme rapidement en alcool méthylique après l’ingestion.

Suite à leur dégradation métabolique, ces molécules se modifient en plusieurs sous-produits neurotoxiques, dont le formaldéhyde (ou méthanal, ou aldéhyde formique) qui entraînent la mort des cellules synaptiques (terminaisons qui transmettent l’influx nerveux dans le cerveau) par sur- Stimulation, un peu comme le fait la cocaïne, et induisent une grave dépendance avec phénomène de sévrage intense pour les grands consommateurs d’aspartame qui tentent d’arrêter d’en consommer.

Ce produit modifie le taux de dopamine dans le cerveau. Imaginez l’effet de cette drogue chez les patients atteints de maladie de Parkinson. Cette drogue cause aussi des dommages au niveau des naissances. Il n’y a absolument aucune raison de consommer .

L’aspartame rend le niveau de sucre dans le sang incontrôlable, mettant ainsi beaucoup de patients dans le coma. Malheureusement beaucoup d’entre eux sont morts. Nous sommes désolés, nous les avons reçus. Nous sommes désolés, nous avons des problèmes qui sont passés de produits à la saccharine aux produits contenus de l’aspartame et à ceux qui sont tombés dans le coma.

Quand la température de l’aspartame dépasse les 30°, l’alcool méthylique ou esprit-des-bois contenu dans l’aspartame se transforme en formaldéhyde puis en acide formique qui, à son tour, cause l’acidose métabolique (l’acide formique est le poison administré par les piqûres de fourmis rouges). L’intoxication au méthanol reproduit les symptômes de la sclérose en plaques, de là, des erreurs de diagnostic parmi les diagnostics de sclérose en plaques.

Une liste d’effets secondaires édifiante !

La liste suivante énumère quelques-unes des 92 réactions observées, passant par le coma et allant jusqu’à la mort, selon ce que rapportent plus de 10 000 plaintes. La majeure partie d’entre eux sont d’ordre neurologique, car l’aspartame détruit le système nerveux.

Une liste que vous ne pourriez obtenir sans l’aide d’un membre du Congrès américain, car la FDA mentira et demandera ″Mais quelle liste ?″

Maux de tête – Embonpoint – Nausées – Surdité – Douleurs articulaires – Tachycardie – Diarrhée – Infertilité – Douleurs à la poitrine – Étourdissements – Acouphène – Éruptions cutanées – Spasmes – Palpitations – Impotence – Éruptions cutanées – Cécité – Insomnie – Coma – Sensations de brûlure à la langue – Menstruations douloureuses – Perte du contrôle diabétique- Engourdissements – Difficultés d’élocution – Problèmes de dentition.

Le Dr. Russell Blaylock, neurochirurgien, a déclaré : ″Ces ingrédients stimulent le cerveau à mourir, causant des dommages de degrés variés au cerveau.″ Le Dr R. Blaylock a écrit un livre intitulé « Excito-Toxines : Le goût qui tue » (Health Press 1-800-643.2665)

Le Dr H. J. Roberts, diabétique, spécialiste et expert mondial de l’empoisonnement par l’aspartame, a lui aussi écrit un livre, qui est intitulé : ″Défense contre la maladie d’Alzheimer″.

Le Dr Roberts y raconte comment l’intoxication à l’aspartame aggrave la maladie d’Alzheimer, et pour cause. ″Comme me l’a confié l’infirmière de l’hospice, des femmes âgées de 30 ans sont admises avec la maladie d’Alzheimer″. Le Dr. Blaylock et le Dr. Roberts vont rédiger un article sur la situation présentant quelques cas et le feront paraître sur Internet. D’après la Conférence du Conseil des Médecins Américain : ″Nous parlons d’un fléau de maladies neurologiques causé par ce poison mortel″. Le Dr. Roberts a déclaré que ses patients diabétiques présentaient des pertes de mémoire, des confusions et de graves troubles visuels.

La Maladie de l’Aspartame est une des causes qui se cachent derrière les troubles de la santé apparus lors de l’opération ″Tempête du Désert″ ! La langue brûlante et autres troubles observés dans plus de 60 cas peuvent être directement liés à la consommation d’aspartame. Plusieurs milliers de palettes de boissons ″light″ ont été acheminées aux troupes de l’opération ″Tempête de Désert″ (souvenez-vous que la chaleur peut libérer le méthanol de l’aspartame à 30°). Les canettes de boisson light ont séjourné sous les 40° du soleil arabique pendant des semaines entières sur des palettes. Les hommes et femmes en service en buvaient toute la journée. Tous leurs symptômes sont identiques à ceux de l’empoisonnement par l’aspartame.

Une étude sur près de 60.000 Danoises enceintes, parue fin 2010 dans l’American journal of clinical nutrition, fait valoir que la consommation d’au moins une boisson gazeuse contenant un édulcorant augmente en moyenne de 38 % les risques de naissance avant terme. L’augmentation des risques est de 27 % si l’on n’en boit qu’une par jour, 35 % si l’on en boit 2 ou 3, 78 % quand c’est plus de 4.

Reconnaître l’aspartame.

Comment savoir si un produit contient de l’aspartame ?

1) Lire la liste des ingrédients.
– Elle est souvent écrite en petites lettres et parfois de façon illisible.
– Elle est située de façon à ne pas attirer l’attention : au dos, au dessous, sur les cotés de l’emballage, le plus loin du slogan et des belles images attirantes.

2) Trouver l’aspartame parmi les ingrédients.
Un produit à l’aspartame contiendra obligatoirement au moins un des termes suivants dans sa liste d’ingrédients :
– aspartame
– aspartam (nom dans les médicaments)
– E951
– ″contient de la phénylalanine″ ou ″contient une source de phénylalanine″.

Vous pouvez également trouver l’appellation : nutrasweet ou B 528 pour qualifier du faux sucre.

Si sur le produit il y a l’indication sans sucre, vous avez de forte chance de trouver de l’aspartame dans sa composition.

Les emballages des produits contenant de l’aspartame doivent le mentionner à la suite d’une directive Européenne.

Les produits contenants de l’aspartame.

Près de 6 000 produits contiennent de l’aspartame.

– Les édulcorants de table en poudre, en comprimés ou en dosettes.
– Les confiseries (chewing-gums, bonbons, sucettes, sprays liquides).
– Les boissons (sodas, limonades, colas , boissons aux fruits ou au thé).
– Les thés en sachets tout prêts.
– Les produits laitiers (yaourts, yaourts à boire, crèmes desserts).
– Les produits de régime (substituts de repas, produits ″light » ou « sans sucres″, ″allégés″ ou ″O %″, protéines en poudre, préparations pour desserts).
Les médicaments (environ 500 à ce jour), dont des sirops pour enfants.
– Les suppléments en vitamines et en minéraux.
– Les chocolats en tablette.
– Les chips.
– Les cosmétiques.

En conclusion.

Faites sortir l’aspartame de votre école !
Faites sortir l’aspartame de votre cafétéria !
Faites sortir l’aspartame de votre maison !

Sauvez des vies en informant tous les gens que vous connaissez. C’est trop cher payer que de risquer l’invalidité ou la mort pour satisfaire la cupidité de ces compagnies.

Si votre enfant est sous médication, rappelez-vous que l’aspartame est un produit qui, à l’origine, devait être un médicament mais que l’on a retiré afin de pouvoir le mettre en marché comme additif alimentaire, ce qui n’exige aucun suivi pour déceler de possibles effets secondaires. L’interaction avec les médicaments inclut notamment des réactions avec les inhibiteurs d’oxydase de monoamine, d’alpha-méthyldopa et de L-dihydroxphénylalanine, sans compter de nombreux autres !

Consultez le site anglophone www.dorway.com pour accéder à des centaines de pages de preuves, à la liste des plaintes reçues par la FDA, à ce qu’en disent les médecins, et à des liens vers plus de 200 sites Web, un groupe de soutien et des listes de textes publiés sur le sujet par des experts médicaux.

Si votre médecin n’est au courant de rien de tout cela, c’est une honte car il risque alors d’établir un diagnostic erroné pour nombre de ses patients présentant des symptômes de fatigue, maux de tête, douleurs articulaires, perte de mémoires, détérioration de la vue, et d’apoplexie du fait que les ″autorités médicales″ ne lui ont sans doute jamais communiqué toute l’information pertinente à ce sujet. Faites-lui part de ce que vous savez et demandez-lui de se brancher sur Internet pour y trouver la confirmation de vos dires.

Start a Conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *