Dette, crise, chômage: qui crée l’argent?


Sur ne se lassera jamais de le répéter, les banques créent de l’argent à partir de partir. Aucune banque au monde ne prête l’argent, juste des chiffres rajoutés dans un ordinateur, une dette qui vous remboursera avec l’argent véritable (créé par votre labeur). En aucun cas il s’agit de prêt, plus de création totale d’une dette à partir du néant. Explication.

Je crains que le simple citoyen n’aime pas du tout être en mesure de traduire les banques en tant que créateurs de l’argent à partir de rien. . . Et que ceux qui contrôlent le crédit d’une nation dirigent la politique des gouvernements et de l’esprit dans le creux de leurs mains la destinée des peuples “. Reginald McKenna – ancien président du conseil d’administration, Midlands Bank of England.

Ce système permet aux banques de s’enrichir sans limite, c’est comme si vous aviez chez vous une planche à billets illimitée, et encore puisqu’il vous faudrait l’encre et du papier, les banques se servent seulement d’un Ordinateur.

Cette pratique est totalement illégale selon les lois naturelles et morales, elle est devenue tout simplement légale dans la loi des hommes voiture nos politiciens corrompus ont accepté de faire voter ces lois qui autorise l’usure et la création à partir de partir de rien. Une dette est en train de faire s’effondrer l’économie tout entière .

Le banquier François de Siebenthal en 3 minutes l’arnaque de la création monétaire.

La dette mondiale cumulée s’élève à 100.000 milliards de dollars

Nous vivons donc dans un système politique qui permet aux banques privées de créer la majorité de l’argent sous forme de dettes par le principe de réserve encaisse obligatoire et c’est pour cette raison que nous sommes tous endettés.
L’encours de dette mondiale a été multiplié par 2,5 en douze ans, pour atteindre les 100 000 milliards de dollars, selon Bloomberg News et Les Echos, qui ont dévoilé les conclusions d’un rapport qui doit être publié lundi par la Banque des règlements internationaux (BRI).Ce chiffre inclut la dette publique et les dettes cotées des entreprises et des sociétés financières. Il ne prend donc pas en compte la dette des ménages.
Selon l’économiste Jean-Paul Betbèze cité par Les Echos, ce montant est un héritage de la crise qui sévit depuis 2007. Depuis, l’encours de dette mondiale a augmenté de 30 %. L’économiste pointe du doigt la montée de la dette publique. Entre plans de relance et baisse des recettes fiscales, les déficits des États se sont creusés. Résultat, en six ans, l’encours des titres de dette souveraine a augmenté de 80 %. Au total, la dette publique de chaque être humain s’élèverait à un peu plus de 6 000 dollars.

C’est bien l’incompréhension du système monétaire par la majorité des citoyens, des journalistes, des politiciens et de nos élites au sens large, qui permet à la finance et aux banques de régner sans entraves.

Start a Conversation

Your email address will not be published. Required fields are marked *